L'édito
L'actualité

Les derniers échos sur la collection.

Jeudi 17 décembre 2015

Un hommage au sculpteur Jean Boucher à Shanghaï en 2016

Le fonds d’œuvres prêté par la ville de Cesson-Sévigné sera intégré et mis en valeur dans le cadre d’une grande exposition qui se déroulera de février à mai 2016 au Palais des Arts de Chine à Shanghaï.

La ville de Cesson-Sévigné possède un fonds important à caractère exceptionnel autour de Jean Boucher. Né à Cesson-Sévigné en 1870 au Manoir de la Vallée, cet artiste sculpteur (1870-1939) a formé de nombreux sculpteurs dont l’artiste chinois Liu Kaiqu, considéré comme le fondateur de la sculpture moderne chinoise.
Le fonds Jean Boucher suscite aujourd’hui un vif intérêt de la part de l’institut Liu Kaiqu en Chine pour deux expositions en 2016. Il est envisagé que ces expositions valorisent une sélection de photographies, d’imprimés, de cartes postales, de dessins, de manuscrits et autres documents de l’artiste Jean Boucher (271 au total), ainsi que certaines de ses sculptures.

Une convention sera établie pour l’ensemble des prêts d’œuvres. Seront précisés : les collections sélectionnées, le diagnostic de l’état des œuvres, les modalités d’autorisation de sortie temporaire d’un trésor national hors union européenne, le conditionnement et le transport des œuvres, les assurances ainsi que les questions relatives à la communication et la représentativité de la ville de Cesson-Sévigné. Il est précisé qu’aucune charge financière ne sera supportée par la ville de Cesson-Sévigné mais exclusivement par l’emprunteur.

Le fonds d’œuvres prêté par la ville de Cesson-Sévigné sera intégré et mis en valeur dans le cadre d’une grande exposition qui se déroulera de février à mai 2016 au Palais des Arts de Chine à Shanghaï.
Une seconde exposition est prévue, toujours à Shanghaï, cette fois avec des sculptures de Jean Boucher.

La petite paysanne bretonne, nouvel emblème du quartier de la Monniais

Paysanne Bretonne

« La petite paysanne bretonne », œuvre en bronze du sculpteur breton Bernard POTEL, inspirée d’une statuette d’étude réalisée par Jean BOUCHER, vient d’être érigée sur son piédestal en granit rose dans le square d’entrée du lotissement de la Monniais.
C’est là l’aboutissement d’une action culturelle menée il y a 8 ans. La ville avait organisé un grand concours ouvert à tous les cessonnais afin de proposer un projet pour la ville marquant le passage à l’an 2000.

Sur 15 projets, le jury municipal de l’époque avait retenu, l’idée d’un cessonnais (qui habite d’ailleurs aujourd’hui le quartier de la Monniais) car elle était réaliste au plan de sa faisabilité tant culturelle que financière tout en présentant un caractère de durabilité certain dans le temps : ériger une statue en bronze en « place » publique s’inspirant d’une statuette d’étude de jean BOUCHER.


Ce projet constituait en fait une passerelle symbolique entre :

  • le passé : le caractère rural de Cesson ;
  • le présent : l’action culturelle de la ville menée, à l’époque du concours, au niveau de la réhabilitation de la vie et de l’œuvre du sculpteur cessonnais Jean BOUCHER ;
  • L’avenir : installer la statue dans le futur nouveau quartier de la Monniais, qui en 1999, n’avait pas encore commencé à être aménagé.

La ville a ensuite sélectionné un sculpteur breton, digne héritier du style de Jean BOUCHER. C’est après ces démarches que le sculpteur costarmoricain Bernard POTEL s’est vu confier par la Ville la réalisation de la statue en bronze à partir de la statuette d’étude de la « petite paysanne bretonne », exposée en Mairie.

Bernard POTEL doit apporter en complément au monument une effigie en bronze de Jean BOUCHER. Une phrase tirée de la correspondance du sculpteur sera également inscrite sur le monument. Un dallage viendra parachever l’ensemble.
Pour fin août, le square sera complètement aménagé.

Mercredi 4 juillet 2007


Le groupe sculpté Camille Desmoulins a retrouvé son intégrité.

Insérée dans le paysage urbain depuis novembre 1995, l'œuvre a subi des dégradations en juin 2005 et en mai 2006. Après l'expertise, la Société Sculpture Restauration, dirigée par Pierre Floc'h a été retenue afin de mener à bien ces deux restaurations.

Après un travail de recherche et de restauration en atelier, Monsieur Floc'h a replacé les deux bras restaurés dans la pierre d'origine : la pierre D'Euville (55).

Les restaurateurs ont procédé au rejointement du bras de " Camille Desmoulins " personnage principal, porté en triomphe sur les épaules de plusieurs sans-culottes parisiens : perçage, mise en place d'un goujon en inox, collage et ensuite réalisation d'un ragréage au niveau de la cassure au mortier à base de calcaire concassé.


Historique d'un dépôt...

Cette oeuvre monumentale, commandée par l'Etat à Jean Boucher en 1909, se compose de cinq personnages sculptés en ronde-bosse.
En 1995, la Ville de Cesson-Sévigné et le FNAC (Fonds National d'Art Contemporain), représentant l'Etat, ont signé une convention relative au dépôt d'une œuvre d'art appartenant aux collections nationales.



Jean Boucher achève en 1929 son haut-relief
en pierre pour l'Etat : Camille Desmoulins


Il fut offert à la Ville de Paris.
Hauteur : 3,30 m - Largeur : 2.10m


Article de Mars 2005

En novembre 2002, les recherches documentaires débutaient et les premiers contacts se nouaient avec les établissements parisiens, notamment avec le musée d'Orsay et le musée des années 30 de Boulogne Billancourt.
Ces premières recherches permettaient de compléter le puzzle laissé par Jean Boucher, et facilitaient l'identification des oeuvres réalisées ou non.
En mars 2003, le site Internet dédié à l'artiste était lancé, ne cessant d'évoluer, et de se compléter au fil des mois.
A cette même période le petit-fils de Jean Boucher poursuivait son action, en confiant à la ville de nouvelles pièces d'archives, des photographies de maquettes non répertoriées ainsi que de nombreuses correspondances permettant d'étendre la connaissance du milieu intellectuel et artistique de Jean Boucher.

De nouveaux champs d'investigations ont été découverts grâce au site Internet et surtout grâce à la participation de la ville à différentes expostions.
Notamment, à Tréguier, avec l'exposition intitulée "Tréguier, 1903 : L'Affaire" présentée du 27 juin au 30 septembre 2003 dans la maison natale de l'écrivain.

Cette exposition a permis l'identification précise de photographies ainsi que la découverte de nouvelles collections jusqu'alors jamais mentionnées ni étudiées.
Nous avons vu pour la première fois des lettres de Jean Boucher adressées à Madame Pscichari, fille d'Ernest Renan, concernant l'érection du monument dédié à son père. Ces différentes correspondances sont conservées au Musée de la vie Romantique à Paris.

Cette découverte a entrainé un déplacement, sur Paris afin de terminer les recherches documentaires et compléter ainsi le site Internet.
Ces nombreux rendez-vous ont livré leur part de secret concernant les oeuvres de Jean Boucher érigées sur les places parisiennes ainsi qu'au cimetière du Père Lachaise.
Certaines ont été restaurées, cette année : le Monument aux volontaires américains, situé place des Etats-Unis et le Monument dédié aux frères Serpollet, place Saint-Ferdinand.
Des recherches plus approfondies ont permis d'étoffer les connaissances sur certains élèves de Jean Boucher qui ont suivi une carrière exemplaire : E.Gilioli, A.Greck etc...
Toutes ces nouvelles recherches donneront naissance à de nouveaux articles qui viendront prendre place sur le site Internet, très pochainement.

La sculpture monumentale « Antique et Moderne » est dorénavant en terre natale de son créateur.



Réalisation Useweb.fr